brexit euromillions royaume uni
brexit euromillions royaume uni

Euromillions : le brexit peut-il rayer le Royaume-Uni de la loterie européenne ?

Cette semaine, vous n’êtes pas sans le savoir, le peuple du Royaume-Uni s’est prononcé en faveur du « leave » (51,9%) dans un référendum historique intitulé « brexit » qui valide la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne dans les semaines à venir. Ce brexit va-t-il avoir un impact sur les joueurs Euromillions anglais ou non ? Nous vous disons tout !

Depuis plusieurs mois que cela couvait, le brexit a finalement été annoncé suite au vote cette semaine d’une large partie de la population, dont certains regrettent déjà amèrement leur choix. Mais, concrètement, est-ce que le Royaume-Uni, qui ne fait plus partie de l’UE, peut encore voir ses ressortissants jouer à l’Euromillions et quelles conséquences pourraient avoir un retrait des joueurs anglais de la loterie européenne sur cette dernière ?

L’Euromillions sans le Royaume-Uni, c’est comme un repas sans fromage…

Membre fondateur de la loterie européenne en 2004 aux côtés de la Française des jeux (France) et de la Loteria y Apuestas (Espagne), la société anglaise Camelot engrange des multimillionnaires en livres sterling depuis maintenant 12 ans qu’existe l’Euromillions.
Mieux encore, avec trois gagnants en 2016 et près d’une dizaine l’an  passé, le Royaume-Uni est le pays où l’on gagne le plus ces dernières années, devant l’Espagne, le Portugal et la France…

Avec près de 25% des mises totales, les Anglais sont leaders en termes de participation à l’Euromillions et les gagnants de cette année ne semblent pas pouvoir remettre cela en question. Brexit ou pas brexit, un retrait du Royaume-Uni pour l’Euromillions sera véritablement un choc pour la loterie européenne qui doit s’offrir une nouvelle formule courant du mois de septembre.

Un changement de statut pour le Royaume-Uni, comme pour la Suisse

Toutefois, il est vrai que la quasi-totalité des pays membres de l’Euromillions fait partie intégrante de l’Union européenne, à l’image de la Belgique, du Luxembourg, de l’Espagne, du Portugal ou encore de l’Autriche. Seule la Suisse bénéficiait jusqu’alors d’un statut particulier lui permettant de jouer à l’Euromillions sans être un pays membre de l’Union européenne.

Comme il semble impensable que le Royaume-Uni quitte, avec Camelot, les instances gouvernantes de l’Euromillions, le pays devrait bénéficier de la même dérogation que les Suisses et continuer, sans problème, à pouvoir miser pour gagner des sommes allant de 15 millions d’euros à 190 millions d’euros.

Le secteur économique indépendant du secteur politique, le Brexit n’influencera pas l’Euromillions

Le divorce politique du Royaume-Uni avec le reste de la communauté européenne ne passera pas la barrière des frontières économiques. En effet, avec plus d’un milliard de livres sterling misé chaque année sur la loterie européenne Euromillions, ni les membres fondateurs comme la France ou l’Espagne, ni même la société Camelot souhaiteraient voir le résultat en faveur du Brexit casser la dynamique instaurée par cette loterie multiétat depuis 12 ans, d’autant plus à l’aube d’un lifting intégral qui devrait mettre en jeu un jackpot record de 130 millions d’euros pour fêter cela.

S’il faut surveiller cela de près, nous ne sommes pas encore rendus à un retrait du Royaume-Uni de l’Euromillions, tant mieux pour les augmentations du jackpot qui sont, en grande partie dû à leurs mises nombreuses.

2 commentaires

  • H.B dit :

    Pourquoi engraisser avec notre argent des personnes qui refusent l’Europe. Personnellement je ne jouerai plus à l’Euromillions.

    • charles dit :

      Sans exagérer je dirai même que c’est douteux ces cagnottes successives gagnées outre Manche dans une zone non-Euro ???
      Si la Suisse hors communauté européenne bénéficie de dérogation, le royaume unis use de perfidie vis à vis de l’Europe en y puisant tout ce qui est intéressant pour lui sans jamais rien apporter de réellement utile à la communauté. J’ai cessé moi aussi de jouer a l’euromillion après des années et des milliers d’Euros donné aux sujets de sa majesté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *